Partenariat B to B : WATAM/SA propose du matériel à la FENARHOB.

La fédération nationale des restaurateurs /trices et hotelier (e)s du Burkina Faso (FENARHOB) a convié ses membres à une grande rencontre avec la société WATAM/SA en vue de leur faire part de l’union scellée entre elle et la société. Cette rencontre a eu lieu le samedi 02 octobre 2021.

Cette rencontre avec le partenaire qui a été possible grâce à l’intervention du ministère de la culture et du tourisme (qui a fait le 1er pas vers WATAM afin d’aider les membres de la fédération à s’octroyer du matériel payable à tempérament), consistait à faire part aux membres de la FENARHOB (restaurateurs et hôteliers) de l’existence d’un « Projet » à leur endroit a expliqué le président national de la fédération des restaurateurs et hôteliers du Burkina Faso, Félix Bayala et d’ajouté que ce projet a pour but de fournir du matériel à crédit (payable en plusieurs tranches) aux membres de la fédération «  Nous savons tous que nous sommes dans un contexte dans lequel tout est difficile . C’est pour cela que nous avons pensé aux difficultés que rencontrent tous les jours nos membres (à l’exercice de leur métier) ; ce qui nous a permis de mener la démarche pour ce projet auprès de WATAM/SA ».
Et parlant de matériels, WATAM Kaiser propose à sa nouvelle clientèle du matériel électroménager et d’entretien (les réfrigérateurs, les téléviseurs, et nous sommes les 1ers représentants de Samsung Burkina) , les climatiseurs , les petites et grosses motos, les tricycles et aussi d’autres matériels que la société n’a pas proposée( les voitures, les groupes électrogènes, matériels d’agricoles) a indiqué le chef des opérations à WATAM Kaiser Ali Badara Dicko et de préciser qu’il y’a des conditions d’octroi du matériel « Les conditions d’octroi sont les conditions que nous avons étudiées (50% du prix du matériel et selon aussi la valeur de l’article dans un 1er temps et les autres 50% sont étalés soit sur 6mois soit sur 12mois et là aussi c’est sur la demande du client. Si non, en tant que vieille structure qui a plus d’une vingtaine d’années d’expériences, nous travaillons sur 6mois avec les 1ers temps et une fois la confiance installée entre le partenaire et nous et selon aussi la confiance que nous avons avec le partenaire nous allons sur 12 jusqu’à 24 mois ».
Et pour ceux qui ne pourront pas respecter ces conditions, Ali a confié n’avoir pas de réponse pour le moment «Pour le moment, nous n’avons pas de réponse qu’on puisse vous donner par rapport à l’accessibilité à nos matériels si toute fois le client n’a pas les 50%. Il faut d’abord que nous discussions de la question avec la hiérarchie pour voir ce que nous pouvons faire pour nos partenaires compte tenu des besoins des jeunes opérateurs en la matière ».

Les membres de la FENARHOB se plaignent du cout exorbitant des matériels proposés.

« Pour le moment, nous n’avons pas de réponse qu’on puisse vous donner en ce qui concerne l’accessibilité à nos matériels  »Dixit Ali Badara Dicko chef  de service des opérations à WATAM Kaiser.
Par rapport au prix des matériels, c’est difficile de dire un mot sur ça , a-t-il poursuivi «  Mon collègue l’a dit : nous sommes les seules qui vendons les produits Samsung et on compare les choses égales .Ce sont des motos qui n’ont pas la même valeur que celle sur le marché et comme en économie on dit toute chose étant égale par ailleurs , je ne pense pas que le prix de nos matériels soient élevés , c’est en fonction des bourses des uns et des autres et de notre client que nous avons fixés (très bien étudiés» a-t-il souligné .  
Félix Bayala qui a pensé que c’était toujours discutable par rapport au prix des matériels, a invité le partenaire à voir et à mieux comprendre les préoccupations de ses membres afin de pouvoir régler leur situation « Par rapport au prix, je pense que c’est toujours discutable surtout que c’est une 1ère et chaque partie doit trouver son compte ».

Les femmes avaient une doléance qui leur tenait à cœur : Avoir des ustensiles de cuisine.
En réponse à la doléance des femmes ; Félix leur a rassuré que leur préoccupation a été prise en compte « C’est vrai que c’est un 1er projet, et plusieurs viendront à la suite de celui-ci. Je pense que leurs préoccupations sont prises en compte ». Et de d’indiquer que tout sera mis en œuvre (puisqu’il y’aura un suivi) afin que WATAM/SA puisse entrer en possession de ses fonds surtout quand on sait qu’on peut avoir des brebis galeuses parmi les membres.

Le ministère de la culture et du tourisme se prononce.

«  L’objectif du ministère, c’est le bien-être des acteurs avec lesquels il travaille » a souligné le chef de service de la direction de développement des sites touristiques au ministère des arts et du tourisme, Abdourahmane Ouédraogo, «  nous sommes le ministère du tourisme et eux sont nos acteurs avec qui nous avons vraiment des partenariats depuis fort longtemps ; et comme je l’avais dit au début de notre rencontre, ce qui nous a emmené à contacter cette fédération et WATAM, concerne l’organisation de notre activité dénommée «  prix national de l’entrepreneur touristique » ; une activité qui met en lumière les acteurs de la restauration , les agences de voyages et les guides touristiques ».
C’est un concours que le ministère a lancé qui permettra lors d’une nuit de cérémonie prévue pour se tenir le 03 décembre 2021 à la salle des fêtes de Ouaga 2000 de récompenser et de primer les meilleurs restaurateurs et hôteliers a-t-il poursuivi et de préciser que ce concours primera les trois meilleurs restaurants , les trois meilleurs hôtels , les trois meilleures agences de voyage et les trois meilleurs guides .
Cette activité rentre dans le cadre de l’accompagnement et du soutien de la part du ministère à ces acteurs (restaurateurs et hôteliers) compte tenu de la situation sécuritaire et difficultés auxquelles ils sont confrontés , a-t-il souligné «  Ce qui nous a poussé à organiser cette activité désintéressée, c’est pour en fait prouver à nos acteurs du privé, que l’administration publique est à leurs côtés et à leur écoute pendant les difficultés ».
Tout restaurateur ou hôtelier désirant de participer à ce concours, doit respecter les critères d’éligibilité suivants « C’est vrai que je n’ai pas tous les critères. Cependant, il y’a des éléments de base notamment être en règle vis-à-vis de l’administration du tourisme, l’hygiène, la créativité, le respect des normes du à l’environnement, la qualité par rapport au prix, la propriété des lieux ».

Abdourahmane Ouédraogo pour conclure a salué un tel partenariat entre WATAM/SA et la FENARHOB « Au lieu de prendre un prêt pour acheter du matériel, si tu peux l’avoir directement en payant et en remboursant tempérament, je pense que cela ne peut être que bénéfique puisque l’argent une fois obtenu en prêt peut t’amener à faire autre dépenses que l’achat du matériel prévu au départ. L’un dans l’autre, chaque partie gagne et c’est pourquoi nous avons rencontré la fédération et WATAM en ce jour ».

.

benedicteoued@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *