Lutte contre les changements climatiques : Des femmes pastorales se penchent sur ce fléau.

Du 16 au 17 novembre 2020, se tient à Ouagadougou un atelier sous régional d’échanges intergénérationnels et de formation des membres du réseau des femmes pastorales de l’Afrique de l’Ouest (OAFA) en rapport avec les changements climatiques et la biodiversité.

Cette rencontre qui a lieu grâce à l’association TIN HINANE en partenariat avec AYNI/FMI a pour objectif global de contribuer à l’atténuation des femmes pastorales et l’adaptation aux changements climatiques a expliqué la secrétaire générale de TIN HINANE Saoudata Aboubacrine.
Ce présent atelier qui permettra aux organisations de femmes pastorales de pouvoir échanger entre elles pour mieux contribuer à lutter contre les changements climatiques, s’inscrit en droite ligne des missions du ministère de la femme, une des missions qui est la promotion de la prise en compte du genre dans toutes les actions du développement, a souligné la directrice de la protection et la promotion des droits de la femme au ministère de la femme , Valerie Sanou, «  Et quand on parle d’actions de développement, comme vous le savez, le Burkina Faso fait face depuis un certain temps aux effets de changement climatiques et je pense que les femmes peuvent mieux jouer leurs rôles à ce niveau ».
Plusieurs questions auront des réponses au cours de ces 48h d’échanges a indiqué Saoudata.
Il s’agira tout d’abord de se mettre ensemble (donc une des 1ères questions rappeler un peu tout ce processus international de lutte contre les effets de changement climatique, de protection de la biodiversité), d’échanger avec des communautés (en majorité des femmes pastorales) sur ce fléau, a-t-elle poursuivi et d’ajouter qu’il était prévu des échanges intergénérationnels entre les différents détenteurs de ces connaissances et les jeunes suivies de discussions sur les organisations des femmes pastorales qui existent dans cette sous-région ouest africaine représentées par certaines à cette dite rencontre . Elle a en outre signifié que cet atelier permettra de dégager le rôle de ces femmes en tant qu’actrices du milieu local rural et qui font face à l’insécurité actuellement en même tant que les effets des changements climatiques et la disparition de la biodiversité «  Et on va finir par des échanges d’expériences pratiques entre ces femmes et d’autres femmes et avec des invités pour partager ces connaissances ».
Au sortir de ces échanges fructueux selon Saoudata, elle a souhaité que ces femmes puissent repartir avec un certain nombre de connaissances et capacitations sur les différents aspects évoqués et qu’elles puissent s’en servir au niveau de leurs communautés.
Elle a en outre exhorté les leaders qui accompagnent ces femmes à les aider et à s’impliquer d’avantage en tant qu’acteurs, car pour elle, un des objectifs visés, consistait à mettre en lumière les connaissances que détiennent ces groupes de femmes qui ont un intérêt pour leur communauté mais aussi pour leurs pays au niveau mondial ,et le 2ème objectif est que comme elles viennent des zones d’insécurité récurrente, il fallait les réunir afin que ensemble des réflexions puissent être menées pour en tirer des recommandations, a-t-elle conclu.
Association à but non lucratif, sans affiliation politique ou confessionnelle ( qui œuvre pour l’épanouissement des femmes nomades), TIN HINANE a été officiellement créée au Burkina Faso en 1997, au Mali en 2003, au Niger en 2005 et au Canada en 2016.
benedicteoued@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *