Journalisme Sensible aux conflits:Des OPM outillées à Kaya.

Le Comité de Pilotage du Centre National de Presse Norbert ZONGO a organisé un atelier du 22 au 23 septembre 2022 pour présenter le concept de Journalisme Sensible aux Conflits (JsC). Cet atelier organisé en collaboration avec l’ONG allemande EIRENE a permis de renforcer les capacités des représentants des Organisations Professionnelles des Médias (OPM), de l’Association des Blogueurs du Burkina (ABB) et de les encourager à l’utiliser dans leurs activités.
Le Journalisme sensible aux Conflits (JsC) a fait l’objet d’échanges entre les Organisations Professionnelles des Médias (OPM) participantes et des radios locales de Kaya. Ces échanges ont abouti à des recommandations et à l’adoption d’une résolution. Concernant les recommandations, il s’agit notamment de l’augmentation de la subvention à la presse privée, la prise en charge psychologique du personnel des médias et l’invitation des radios à adhérer à l’Union Nationale de l’Audiovisuel Libre du Faso (UNALFA).
« La mission des journalistes professionnels n’est pas de réduire les conflits », c’est à travers cette assertion de Ross Howard que le formateur a planté le décor de l’atelier marqué par des communications suivies d’échanges.
Pour Moussa SAWADOGO, « Le JsC renvoie au journalisme qui a pour particularité, la prise en compte des causes profondes des conflits dans la société. C’est un journalisme qui va aller au-delà des couvertures factuelles, au-delà de la description factuelle des conflits pour essayer d’expliquer les causes profondes des conflits, de revoir quels sont les protagonistes dans l’objectif de pouvoir faire des propositions de sortie de crise ».
Pour que le journaliste Burkinabè puisse jouer pleinement cette fonction dans un contexte où le Burkina Faso est confronté à une multitude de crises et de conflits au plan foncier, sécuritaire, la vie chère, la confiance entre les populations et les gouvernants, les OPM devraient, selon le facilitateur, jouer un rôle déterminant. La promotion du JsC et le renforcement des capacités de leurs membres en la matière permettront, selon lui, d’emmener les populations à mieux comprendre les enjeux et trouver de façon endogène des pistes de solution aux différents conflits et crises.
Deux jours durant les représentants des organisations professionnelles des médias ont été outillés aux concepts de Journalisme Sensible aux Conflits (JsC). Cette initiative, selon les organisateurs, s’inscrit dans le cadre de la deuxième phase du programme de promotion de la paix au Sahel (PPS II) qui a débuté en 2021. « J’espère qu’en partant d’ici les OPM vont marquer leur adhésion à ce programme dont l’importance n’est plus à démontrer au vu du contexte d’insécurité que connait le BF depuis quelques années », a indiqué Guézouma Sanogo, président du comité de pilotage du Centre de Presse Norbert ZONGO à l’ouverture des travaux.
Le Partage d’expériences de responsables de radios locales à édifié les participants sur l’importance de la promotion du JsC dans un contexte où la majorité des populations est analphabète. L’Abbé Alexis Kouka Ouédraogo de la Radio Notre dame de Kaya a indiqué que le JsC est une réalité au sein de son organe. « J’encourage mes journalistes à aller vers les associations de journalistes qui pratiquent ce type de journalisme » conseille Emmanuel Bamogo de la radio Zama FM.
Au regard des difficultés de mise en œuvre rencontrées par les radios locales, les OPM tout en les encourageant à redoubler d’ardeur ont pris l’engagement de les accompagner à réussir cette noble mission. Elles appellent l’ensemble des radios à créer les conditions pour faciliter l’accès des journalistes au terrain et à tenir compte de la dimension psychologique de ceux-ci en période de conflit en vue d’exploiter au mieux les opportunités du JsC au profit de la paix au BF.


C.O

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *