Enlèvement d’une cinquantaine de femmes à Arbinda : Martine Yabré pour une solidarité féminine afin d’éradiquer le terrorisme au Burkina Faso (BF).

Dans la nuit du 12 au 13janvier 2023, une cinquantaine de femmes vaquant à leurs occupations quotidiennes près de Arbinda ont été enlevées par des terroristes.

La coordonnatrice du cadre de concertation des organisations des acteurs intervenant sur le genre et la participation citoyenne des femmes au Burkina Faso, Martine Yabré, qui a condamné cet acte machiavélique assimilable à un crime de guerre, un crime contre l’humanité, a, dans une déclaration, invité les femmes à plus de solidarité féminine auprès des FDS (forces de défense et de sécurité) afin de booster ce fléau (le terrorisme) hors du pays.

DECLARATION DU CADRE DE CONCERTATION DES ORGANISATIONS ET ACTEURS INTERVENANT SUR LE GENRE ET LA PARTICIPATION CITOYENNE DES FEMMES AU BURKINA FASO

Nous avons appris avec beaucoup de révolte et de tristesse, l’enlèvement d’une cinquantaine de femmes vaquant à leurs occupations quotidiennes près de Arbinda dans la nuit du 12 au 13 janvier 2023. Cet acte terroriste est une sonnette d’alarme !

En effet, dans un communiqué diffusé 48h après, le gouverneur de la région du Sahel a assuré que des recherches sont en cours pour les retrouver. 

Plusieurs voix se sont déjà élevées pour condamner cet acte machiavélique assimilable à un crime de guerre, un crime contre l’humanité, nous ramène au douloureux souvenir des femmes assassinées à Arbinda en décembre 2019, et le triste sort des femmes victimes des crimes sexuels et autres violations graves de leurs droits humains.
Ce revirement tactique des terroristes, qui prend des femmes comme cibles de déstabilisation, est un signal fort qui implique que les femmes burkinabé prennent à bras le corps, auprès des soldats, la question sécuritaire.

Dans un contexte d’insécurité sans pareil, ou des femmes sont aussi victimes et complices du terrorisme, nous devons prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger davantage les libertés minimales requises en matière de respect des droits humains fondamentaux.
En effet, ce nième acte très lourd et significatif, interpelle à plus d’un titre, au-delà des autorités, toute la communauté burkinabé. Le Burkina Faso tenu par ses engagements aux termes des résolutions 1325 des Nations unies et suivantes doit tout mettre en œuvre pour permettre une participation inclusive des femmes et des jeunes à la construction de la paix et à la coproduction de la sécurité.

Nous, femmes du Burkina Faso, face a cette crise sécuritaire, devrons analyser froidement nos comportements, et prendre la pleine mesure de nos responsabilités dans la lutte pour la stabilité du Burkina Faso, comme le recommande la R2242 du Conseil de sécurité de l’ONU.
Nous invitons une fois de plus les femmes, les jeunes filles et jeunes garçons à :
Un changement de comportement,
Investir toutes les cellules familiales pour véhiculer des messages de paix, et de cohésion sociale
Investir les villages, les quartiers, les secteurs en y érigeant des cellules de veille discrètes pour accompagner les efforts en cours ;
Occuper sainement tous les espaces virtuels (médias et réseaux sociaux),

Nous invitons toutes les organisations de la société civile de femmes et les personnes ressources femmes volontaires, à nous rejoindre pour l’organisation en urgence, des assises nationales des femmes et organisations de femmes sur la problématique de la cohésion sociale qui à notre sens est une des conditions de réussite de la lutte contre l’insécurité, qui demande une union et même une unité des filles et fils du Burkina Faso. Cesdites assises sont prévues pour se tenir en mars 2023. Un comité mis en place, est déjà à pied d’œuvre pour la finalisation des documents techniques.

Fait à Ouagadougou le 17 janvier 2023

Martine YABRE, Coordonnatrice
Officier de l’ordre du mérite burkinabé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *