Réconciliation nationale: Le HCRUN rencontre les membres du cadre de concertation

Les membres du cadre de concertation nationale, conduits par la coordonnatrice du cadre de concertation des organisations intervenant dans le genre et la participation citoyenne des femmes du Burkina Faso, Martine Yabré ont répondu à l’appel du président du Haut Conseil pour la Réconciliation et l’Unité Nationale ( HCRUN ) le jeudi 23 juillet 2020 dans les locaux du centre pour la gouvernance démocratique Burkina Faso (CGD).

 

Cette rencontre qui rentre dans le cadre de la réconciliation nationale qui n’est pas non plus la 1ère du genre, puisqu’il y’a eu des rencontres antérieures, vise à échanger à bâton rompu avec ces femmes déterminées a souligné le président du HCRUN Léandre Bassolet.

Au cours des échanges, Léandre a évoqué deux principaux points sur lesquels l’accent devait t être mis : Il s’agit du triptyque composé  de vérité, justice, réconciliation et de la période  électorale puisque les élections sont pour bientôt.

En ce qui concerne le 1er point, il a invité les uns et les autres à un dialogue franc et sans rancune afin que les injustices de part et d’autres soient réparées pour que le Burkina Faso retrouve son lustre d’antan.

Quant au second point , le HCRUN étant une institution apolitique bien que regroupant des membres issus de divers partis politiques,  Léandre a souhaité que tout se passe et se fasse dans l’équité afin qu’il y’ai des élections sans violences , car selon lui, la période électorale étant une période de compétition d’idées, de programmes ne doit pas être un lieu de diffamation, de langages haineux  et discourtois , un ring de boxe incitant à la division .La politique n’étant pas la guerre, a-t-il  poursuivi,  il a invité les politiciens à être très positifs dans leurs propos, ce qui permettra d’éviter que le pays ne sombre surtout qu’il est déjà confronté à l’insécurité et craint qu’on assiste à des conflits intercommunautaires.

A l’issue des propos de Léandre, toutes les femmes présentes qui ont félicité l’approche du HCRUN pour son esprit d’inclusion, toutes à l’unanimité ont reconnu qu’on ne saurait parler de réconciliation nationale sans la prise en compte du genre dans toutes ses composantes sans ignorer la grogne sociale.

C’est pourquoi elles ont suggéré que la femme soit mise au centre  de tout afin qu’elle aussi puisse contribuer et participer à la réconciliation nationale.

Ces échanges qui ont duré plus de 3heures ont permis aux deux parties de mieux se comprendre et les femmes ont eu à faire des recommandations.

De ces recommandations, elles ont exigé que lumière soit faite sur tous les dossiers pendants, que le quota des 30 % soit une réalité aux pays des hommes intègres, que le statut de femme soit valorisé et que l’on ne dise plus jamais qu’au  Burkina Faso, il n’ya pas de compétence féminine et que la femme soit associée à toutes les décisions prises.

Elles ont en outre demandé au gouvernement de communiquer d’avantage et ont aussi demandé à Léandre d’être leur ambassadeur auprès dudit gouvernement puisqu’elles veulent savoir et comprendre ou en est les résolutions, propositions et recommandations prises au cours du forum des femmes organisé par l’Assemblée Nationale l’année dernière.

benedicteoued@gmail.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *